Journée mondiale de la Francophonie 2016

Passation (19 Avril 2016)

Divers/ La généalogie des Rois de l’Imamo-Est. Récit fait par les habi¬tants de l’Imamo.

DIVERSAndriambahoakarainy fut le premier. Il régna à Manazary, au bord de l’Itasy. Il se rencontra avec Andriamasinavalona. Ils s’etaient donné un rendez-vous et avaient fixé un vendredi pour se rencontrer. Andriambahoakarainy, impatient, partit dès le jeudi. Ils se rencontrèrent au bord d’un cours d’eau, l’Ombifotsy. Un bœuf ayant une taie sur l’œil fut abattu au bord du cours d’eau où ils se rencontrèrent. Les deux Rois y firent un traité d’amitié et ils se dirent : quand vous descendrez dans mon pays, vous n’y serez pas étranger ; quand vous monterez chez moi, vous vous considérerez comme le maître du pays. Les habitants des deux pays purent se visiter, mais ne se firent pas la guerre. Ce fut le traité d’alliance que conclurent ces deux Rois. Andriambahoakarainy eut un fils, Andriampivovo, appelé plus tard Andriambahoakampovoanitany. Il régna à Manazary et fut enterré à Ambohiniazy. Le père d’Andriampivovo lui ordonna de creuser une tranchée destinée à perpétuer le souvenir de la limite æs deux royaumes, limite que lui et Andriamasinavalona avaient ixée. La tranchée fut creusée à Ambohidramijay et fut nommée Hadinandriampivovo ; elle s’étendit vers le Sud le long de l’Ombifotsy, à l’Ouest d’Ambohinihazakely, à l’Est d’Ambohitsivalana pays qui est en amont forme l’Imerina, le pays qui est en aval constitue l’Imamo. Andriamasinavalona remonta le cours d’eau et Andriambahoaka le descendit vers Manazary. Arrivé à Manazary, il fit à son fils Andriampivovo la recommandation suivante : mon fils, c’est vous qui me succéderez, voici ma recommandation : quand y serai mort, enterrez-moi à Ambohiniazy (îlot situé près du rivage du lac Itasy ; on s’était assuré qu’il n’existait autour de l’îlot aucune terre pouvant être minée par le fananimpitoloha (nom d’un serpent). Et vous porterez le nom d’Andriambahoakampovoanitany.

Actualité/Faniah chante Alicia Keys

Une chanteuse dotée d’une voix, d’un charisme et d’une douleur particulière. Faniah revient sur scène ce week-end pour le plus grand plaisir des mélomanes de la capitale.Une soirée exclusive, durant laquelle un romantisme mélodieux promet d’enivrer les noctambules férus de bonne musique, s’illustrera ce 30 Juillet au Café de la Garé à partir de 21h.  A l’affiche, ni plus ni moins qu’une artiste et chanteuse accomplie dont le charme naturel a su conquérir le public depuis plus d’une décennie maintenant. Elle, c’est Faniah, une chanteuse que le public a découvert en 2004 grâce à la téléréalité Pazzapa sur la chaîne radio télévision Analamanga.Se distinguant d’entrée par sa maîtrise du genre « rythm and blues » et sa voix se conjuguant parfaitement entre autres avec le jazz, Faniah a toujours su attirer les projecteurs sur elle. Le temps ‘un cabaret qui s’annonce harmonieux, elle chantera les plus grands tubes de Alicia Keys au Café e la Gare. « Depuis toujours, je me suis plu à chanter les chansons d’Alicia Keys. C’est une chanteuse que j’affectionne particulièrement pour son élégance, sa musicalité et ses compositions. Elle retranscrit pleinement ses émotions à travers ses émotions à travers ses chansons, et je l’admire pour cela », confie-t-elle. Faisant ainsi l’honneur aux chansons de cette illustre chanteuse américaine, Faniah promet un cabaret concert des plus enchanteurs pour les mélomanes qui se joindront à elle.