Rova Ilafy

Geyser

Danses et rituels d’un mariage Sakalava

Le vendredi c’est le jour de la cérémonie religieuse dirigée par le Fondy (l’Imam) qui commence d’abord par les fiançailles. L’accueil de la famille du Boana Harosy se fait en chant et danse, une danse qui se fait avec des « Ambeo » (accessoires de danse très importants).

Les jeunes filles dansent avec leur Ambeo (accessoire en bois qu’elles tiennent dans leur main)

La Dote s’élève à 50 Ar plus un verre de lait que le père de la mariée devra boire. Il va y avoir une sorte de marchandage entre la mère de la Moana Harosy et le Boana Harosy. Ce n’est qu’après l’accord de la mère que les jeunes peuvent s’unir.

Marchandage entre la mère et le jeune marié Maeva avec sa mère avant l’arrivée de son futur mari
Le jour suivant après le déjeuner offert par le marié commencent les différentes danses. D’abord le Rôsa qui consiste à faire une chorégraphie pour témoigner la satisfaction des jeunes filles envers les jeunes mariés.
Les jeunes femmes pratiquant le Rôsa
Ensuite il y a le OADRAHA une autre danse qui est faite pour le respect des anciens. Elle consiste à danser autour d’un mortier avec plusieurs pilons
La danse oadraha

Et le dimanche, la cérémonie se termine toujours par une autre danse qui s’appelle AMBIO qui est une sorte de compétition entre les filles invitées de la mariée et celles invitées par le marié. Un autre genre de chorégraphie dans laquelle le jeune marié offrira des présents à sa femme et sa belle famille.

Un genre de « ambio »
Notons que les danses effectuées lors d’un « Harosy » sont proposées pour étoffer la liste des patrimoines culturels immatériels de Madagascar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *