Rova Ilafy

Geyser

Divers / Le Fangalana

DIVERSCette coutume ruine le pays.  Jadis, les frais d'un enterrement, comme sur les Hauts-Plateaux supportés par les seuls proches parents du mort et les dépenses se trouvaient en partie couvertes par les humbles cadeaux reçus des invités.

Mais le culte des morts, de plu» en plus poussé à l'excès, transformé peu à peu le(fomba)) à présent il faut a chaque défunt des funérailles somptueuses, et les chefs de kibory ont décrété que tous les habitants du village participeraient au fangalana ; on abat les bœufs du mort, quelques-uns aussi des bœufs de la famille n'y maty no hanina), le toaka est» dispensé i profusion, et le peuple doit, pendant plusieurs jours, nourrir de riz la foule des visiteurs, jamais assez grande au gré des mpisoatra.

Les funérailles ont lieu, par ordre, immédiatement après la récolte du vary hosy, et les bourjanes si imprévoyants, vident leur grenier avec d'autant plus de prodigalité que la consigne donnée par le chef de kibory est de ne pas économiser sur le ((lahatra)). Pour peu qu'il y ait par an une dizaine de décès dans le village, c’est la disette pendant des mois. Il convient de noter aussi qu'un accroissement considérable de la mortalité est constaté chaque année (principalement chez les enfants) à la suite de ces orgies.  La masse est, au fond, opposée au fangalana ainsi compris; mais elle n'ose enfreindre la loi du rain'olona.

J'ai d'abord conseillé à la population de ne faire qu'une cérémonie annuelle pour tous les morts du village (des sortes de parente. les); mais je me suis heurté à 1'entêtement des vieillards et à la toute-puissance des chefs de kibory.

J'ai prescrit ensuite aux jeunes gens (ils protestent sous le manteau contre la coutume) de signaler bout mpamelatra qui exigerait d'eux la contribution de riz, ils ont promis de porter plainte si le cas se présentait, mais aucune dénonciation n'est venue. Alors, j'ai décidé purement et simplement d'interdire les distributions de riz aux funérailles. MM. Theron et Martine, à Vangaindrano et dans le district central ont déjà obtenu d'excellents résultats dans ce sens.

Perrier de la Bathie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *