Rova Ilafy

Geyser

Ambositra

Akanin’ny Nofy

Ce petit coin de paradis connu sous le nom charmeur de Nid de Rêve, signification du nom malgache « Akanin ny Nofy », est un véritable havre de paix au bord du canal des Pangalanes Akanin’ny Nofy est situé, sur une cinquantaine d’hectares, en lisière de l’un de nombreux lacs qui forment le canal des Pangalanes. Le lac sur lequel se trouve le "Nid de Rêve" porte le nom d’Ampitabe, il se trouve à 60 km au sud de Tamatave. Il est séparé de l’Océan Indien par une mince ligne de dunes côtières, parfois quelques mètres seulement. Visiter le Palmarium L'attraction incontoutnable du lieu est la visite du «Palmarium», localisé sur une presqu'île de plus de 30 hectares sur Ampitabe. C'est une réserve privée composée de près de 100 000 palmiers spécifiques de Madagascar. Les espèces qui attirent beaucoup de monde sont les espèces les plus rares telles que le Dypsis, le Ravenea, l’Orania, mais également le Voanioala et le Lemurophoenix. Au Palmarium on dénombre dix espèces de lémuriens parmi les plus rares comme l’Indri Indri, le plus grand lémurien de la planète ; le Varécia variegata ; le Propithèque ou Sifaka, une espèce qui adore se tenir verticalement ; le très menacé Aye Aye, les microcebus et le lémur coronatus spécifique du nord de l’île. Cette réserve très singulière est un véritable abri naturel de la faune et de la flore malgache avec ses extraordinaires espèces végétales composées d'orchidées, de plantes carnivores, en particulier le népenthès, l’arbre de voyageur ou ravinala, etc. Le moyen le plus courant pour se rendre à Akanin’ny Nofy est la voie fluviale, soit en empruntant l'un des chalands qui sillonnent le canal des Pangalanes soit en louant une pirogue à moteur. Le départ le plus courant se fait depuis la petite cité balnéaire de Manambato. Une visite au "Nid de Rêve" permet de faire une petite descente du Canal des Pangalanes, un canal dont la construction date du temps de Gallieni, le premier gouverneur de Madagascar en 1896. Le canal des Pangalanes, calme et sérénité La traversée du Canal des Pangalanes est un moment difficile à oublier. Le bord de ce Canal est souvent bordé d’une végétation touffue typique d’un décor de l’Est malgache. Cette végétation luxuriante, dû à l’abondance de pluie, est composée de plantation de litchis, de cannelles, de cafés, de cacao,... en dessous desquels se développaient les plantations de vanille. Pendant la période de floraison de ces plantes aromatiques, vous pourrez voir un décor laiteux qui remplace les verts sur les bordures. Ces fleurs envoûtantes, de par leurs couleurs variées et leurs beautés vont aussi vous enivrer des parfums légers et très purs qui vont vous rappeler que vous êtes en pleine nature. A part les bateaux qui troublent quelque peu l’eau du Canal, l’environnement y est totalement calme, seulement parcouru par des silencieuses pirogues.

Ampefy

Ampefy est un petit bourg typique aux abords du lac Itasy. Pour ceux qui préfèrent la détente, le repos, l’air pure, loin des plages bondées, découvrez ce petit havre de paix niché dans la région d’Itasy et qui déborde de nombreux trésors et de formes curieuses. Ampefy se trouve à un peu plus de 100 kilomètre à l’ouest de Tananarive. Il ne nécessite que deux heures de voyage pour l’atteindre. Elle offre de paysages volcaniques magnifiques, très vallonnés et différents de l’image habituelle de la Grande île. Ampefy et le lac Itasy En raison de son altitude, Ampefy offre des vues panoramiques magnifiques sur tous les paysages volcaniques environnants. En dehors de l’étendue du lac Itasy, il permet aussi de contempler d’autres lacs volcaniques tels que le lac Antohomadinika, d'Andranoratsy, des étangs et de nombreux marais, qui sont la plupart des lacs de cratère. Ces lacs sont des endroits idéals pour les amateurs de pêches, de chasse et de sports nautiques comme la promenade en pirogue. Le Lac Itasy est le troisième lac de Grande île, de par sa superficie qui est de 3 500 ha. Par rapport aux autres lacs, sa grandeur est un atout majeur pour la ballade en pirogue. Ce lac a un nom très évocateur qui signifie littéralement « une cuvette ». Il se trouve à 1221 mètres d’altitude au cœur d’une région volcanique des hautes terres centrales. Il est peu profond car sa profondeur dépasse rarement le 6,5 m. Le Lac Itasy a été formé lord d’une éruption volcanique. Les impressionnantes coulées de lave projetées par le volcan auraient obstrué la vallée pour emprisonner l’eau. Le bord de ce lac est le lieu de prédilection de nombreux oiseaux aquatiques des hautes terres centrales malgaches. Il abrite donc une importante quantité d’oiseaux aquatiques. Les spectaculaires chutes de la Lily Pour contempler toutes les merveilles de la bourgade d’Ampefy, une petite balade s’impose pour rejoindre la chute de Lily. On sillonne alors des collines volcaniques avec des petits villages composés en grande partie par des maisons en terre rouge et de toit en chaume, typique de la Haute terre centrale. En avançant, on va à la rencontre des paysans qui sont très discrets affichant un large sourire et plein de générosité. Après une marche à pied de quelques minutes, on commence à entendre un bourdonnement qui devient de plus en plus fort : c’est la chute de Lily. Elle déverse ses eaux du haut de ses 23 m en générant des gerbes d'écume. Cette chute pleine de légende est bien ancrée dans un magnifique site bordé de la verdure des herbes très développées par l’évaporation de l’eau de la chute même. La cascade offre un paysage splendide et très beau. On peut même y faire une petite baignade de quelques minutes dans une eau de montagne. Même si elles sont bouillonnantes, ces eaux sont fraîches et très limpides. Tous les habitants d’Antafofo, même les petits enfants, sont capable de relater l’histoire des chutes de la Lily. Selon la légende, son nom vient du nom de la fille d’une famille de planteur « vazaha » qui habitait le petit village d’Antafofo, il y a quelques dizaines d'années. Elle s’appelait Lily, mais un jour la fillette disparut, tous les habitants pensèrent qu'elle avait été emportée par la chute et ont commencé à fouiller partout, en vain. Par conséquent, ils décidèrent d’attribuer le nom de la fille à la chute, et puis après à la rivière elle-même. Visite des geysers d'Analavory Le site des geysers se trouve à une vingtaine de kilomètres d’Ampefy, on peut s'y rendre en 4x4, en VTT ou en randonnée pédestre. Il offre un spectacle de jaillissement de nombreuses sources de quelques mètres de hauts. Au fil des temps, l’effervescence des eaux riches en minéraux (souffre et silice) ont donné naissance à des concrétions de forme arrondie aux couleurs ocres et rouges. Le Geyser est une source jaillissante en une gerbe d’eau chaude et de vapeur. Le jaillissement se fait d’une façon discontinue. La quantité d'eau propulsée en une seule éruption peut être de quelques décilitres. Ce phénomène de jaillissement est provoqué par le contact de l’eau avec les roches volcaniques qui restent toujours chaudes. Quand l'eau arrive à ébullition, elle se dilate et remonte en surface. Il y a lieu aussi une vaporisation de l’eau qui va jaillir avec de l’eau dilatée. La force d’expulsion et le spectacle offert dépendent de la profondeur de la réaction.

Ambositra à Madagascar

Ambositra est la capitale de la région Amoron’i Mania des Hautes-Terres centrales de Madagascar, dans l’ancienne province de Fianarantsoa. Ambositra est aussi la capitale de la filière artisanale et ameublement à Madagascar. Ambositra est le chef-lieu du peuple Imady, une sous ethnie Betsileo considérée comme entreprenante et solidaire. La petite ville tient une place prépondérante en matière d’artisanat à Madagascar sans doute en raison de la qualité des œuvres réalisées par les Zafimaniry, un petit groupe ethnique Betsileo. Le bourg d’Ambositra se place donc au rang des villes malgaches les plus créatrices en matière d’artisanat, voire la plus productive.  Objets en bois précieux et corne de zébu C'est à Ambositra qu'on fait le plein d'objets souvenir, ces objets, pour la plupart décoratifs, sont confectionnés avec des bois précieux de Madagascar, palissandre, bois de roses et bois d’ébène. Boîtes, chaises, jeux de société, masques, ustensiles de cuisines et autres décorations de table remplissent les nombreuses échoppes de souvenir d'Ambositra. L'autre matière première utilisée est la corne de zébu, celle-ci travaillée et polie sert à fabriquer des couverts de table, des bijoux fantaisie et différents objets de décor intérieur. L’habilité et le savoir-faire des «Zafimaniry» en sculpture et marqueterie est remarquable. La tradition artisanale se transmet d’une génération à l’autre depuis des lustres ce qui a donné naissance à un style très particulier qualifié de «Zafimaniry», reconnaissable facilement par ses motifs géométriques. Les artistes qui ont hérité de cette culture traditionnelle sont encore très nombreux, la forte concentration d'artistes dans la région d'Ambositra est en partie due à la subsistance de la forêt primaire Tanala. Les Zafimaniry préservent leur forêt tout en l’exploitant avec respect de la nature. Maisons en terre rouge et rizières en terrasses Avec ses maisons rustiques en « tanimanga » ou en terre rouge couvertes de toits de chaume, souvent à étages, Ambositra est sûrement la partie du pays Betsileo la plus envoûtante. Les villages sont très hauts en couleur avec de contraste du rouge de la terre, du vert des rizières et des tissus en jaune fluo portés par les femmes, et rayés de toutes couleurs portés par les hommes. Dans le pays Betsileo, les villages sont en harmonie avec la culture du riz, les Betsileo sont réputés pour être les meilleurs riziculteurs de Madagascar. Une image typique de cette région est un paysage de rizière à perte de vue surplombé par un village en terre rouge. A cause du relief très accidenté, les rizières sont presque toujours aménagées en terrasses. C'est souvent une colline entière qui est couverte de rizières, irriguées depuis le haut par une source dont l'eau a été captée et amenée vers les rizières par un savant réseau de petits canaux. En dehors de ce visage spectaculaire du pays Betsileo, le paysage est montagneux. Au petit matin de juillet et août, presque tous les sommets de montagnes sont vêtus du blanc laiteux des brouillards givrants. Au fur et à mesure que le jour se lève, les brouillards laissent la place aux magnifiques dégradés de vert des rizières scintillant sous la lumière du soleil. Villages Zafimaniry hors du temps Aux environs d'Ambositra, il ne faut en aucun cas manquer de visiter un village traditionnel Zafimaniry. Ces villages très anciens construits de petites habitations en bois existent encore même s’ils sont souvent reculés. Les quelques kilomètres à parcourir, uniquement à pieds, en valent vraiment la peine, en visitant un de ces villages aux décors ancestraux, où le temps semble s'être arrêté, vous aurez l’impression de remonter de quelques siècles en arrière. L’exemple type de ces villages est le village d'Antoetra, à 40 kilomètres d’Ambositra. Les maisons sont construites en bois de palissandre sculpté et en fibres végétales alors que les maisons plus modestes sont en bambou, mais toutes les maisons ou «trano-be» comportent à leur cotés un grenier à riz sur pilotis. Vous pourrez y passer la nuit et dormir dans un gite original ou chez l'habitant. Ambositra, comme le pays Betsileo dans son ensemble, est le haut lieu de la cérémonie du retournement des morts ou « famadihana » qui a toujours lieu pendant la saison froide. Il occasionne une grande fête qui réunit toutes les familles et animée par les orchestres de «hira gasy». Il peut même donner lieu au «Savika» ou zébumachie, qui se produit dans une arène très rudimentaire dans laquelle des sortes de toreros tentent de faire coucher ou de dompter des taureaux surexcités. Ce sport traditionnel attire beaucoup plus de monde que tout autre sport dans cette région.

Le « SAVATSE » - La circoncision dans le Sud-Ouest de Madagascar

La  circoncision , en  Malgache :  « FAMORANA » ou  « DIDIM-POITRA » , est  fait partie des traditions   culturelles  existantes  à  Madagascar . C’est  le  fait de  couper   le  prépuce  des petits garçons. Quand le prépuce de l’enfant  est coupé, il  est enfoui dans un morceau de banane et avalé par  son oncle. Après la circoncision on doit  amener  l’enfant  devant  le  « HAZOMANGA » (c’est la personne  la  plus   respectée  de la lignée  de  la  famille) pour qu’il  donne sa bénédiction à l’enfant. La cérémonie  est  presque  pratiquée  similairement  dans  toutes les  Régions  du  pays  mais  son  appellation   varie  selon  les  Régions,  comme  par  exemple:  dans la Région du Sud-Ouest , on l’appelle  « SAVATSE », tandis que  dans la Région  du Sud-Est,  on l’appelle « SAMBATRA »….. Le déroulement de la  cérémonie du « SAVATSE » peut être résumé comme suivant : D’abord, les membres de la famille du petit garçon se donnent de la bénédiction et se pardonnent si certains d’entre eux avaient une  désaccord ou mésentente  avant. Puis, ils entrent  dans  le « LAPA », c’est la maison ou  toute la génération sont grandi, ils y font des prières au « RAZANA » (âmes des morts qui veuillent sur eux) pour que ce dernier bénisse l’enfant.  Après, les hommes  les  plus  âgées  débute la fête  par  le « Kabary » pour  saluer  toutes  les  invités , car  en plus des  membres  de  la  familles  , des  autres gens  invités aussi  sont  présents. On pose l’enfant sur le dos d’un bœuf qui va être tué après .Enfin,  ils continuent  la fête  en dansant , en buvant des boissons alcoolique ou non  et en mangeant  tant de chose et tout  ce  qu’on  veut , surtout le riz avec la viande du bœuf. A son tour, les invités  donnent des cadeaux au petit et le  « ENGA » à ses  parents. Le « ENGA » peut être de l’argent ou de bœufs …. Après le « SAVATSE » les Malgaches  considèrent que  son petit enfant est devenu  un  homme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *